De Montbéliard à Paris...

À 27 ans, il dirige le plus grand parc aquatique urbain d'Europe

Plus grand parc aquatique de France (1,5 million de visiteurs/an, 7000 m³ d'eau, activités diverses...), l'Aquaboulevard situé à Paris est dirigé par un Morgelot. Âgé de 27 ans, Angelo Lamboley a suivi une ascension linéaire avant de prendre la tête de la structure il y a deux mois.

Une ascension rêvée. Les échelons gravis un par un, Angelo Lamboley est aujourd'hui directeur du plus grand parc aquatique urbain d'Europe (15e arrondissement de Paris). Originaire de Mélisey, le Haut-Saônois ne se prédestinait pourtant pas à une carrière dans ce secteur d'activité.

Titulaire d'un baccalauréat S obtenu au lycée agricole Étienne Munier de Vesoul, il s'oriente vers la biologie et décroche une licence dans ce domaine à Montbéliard. À la suite de quoi, Angelo Lamboley poursuit ses études et obtient un master gestion des territoires (bac + 5). De là, le Morgelot part à l'étranger pour « perfectionner son anglais », voyage axé sur les thèmes environnementaux où il participe notamment à la réintroduction de koalas en Australie.

De retour en France en 2015, il s'installe à Paris et débute au sein d 'Aquaboulevard « en tant que nageur sauveteur, grâce aux diplômes obtenus au sein d'un organisme de sauveteurs du Doubs, la Société Nationale de Sauvetage en Mer (SNSM) de Montbéliard ». « À ce moment-là, l'objectif n'était en aucun de cas de gravir les échelons. Ce n'était qu'un job d'appoint en attendant de trouver un poste dans ma branche », affirme-t-il. Pourtant, le job d'appoint va très vite se transformer en contrat longue durée.

Le bénévolat, une étape clef dans sa carrière

« Je m'y suis tellement plus que j'ai décidé d'y évoluer ». Preuve d'une confiance réciproque, l'entreprise lui finance le diplôme de maître-nageur. De là, les promotions s'enchaînent pour le Franc-Comtois. En 2016, il devient chef de bassin ; l'année suivante, il occupe le poste de responsable de pôles. Dès lors, les responsabilités s'accumulent : « J'ai été formateur en secourisme puis en charge de la gestion des scolaires, ces derniers sont au nombre de 450 par semaine ». L'an dernier, il occupe la fonction de directeur adjoint avant de devenir directeur en mai 2019. À titre d'exemple, la semaine dernière, le parc a enregistré la venue de 50 000 visiteurs.

À travers son parcours, Angelo Lamboley veut prouver que l'enseignement franc-comtois est de qualité. « J'ai réalisé tout mon cursus dans la région et c'est grâce aux savoirs être et aux savoir-faire développés durant cette période que je suis devenu ce que je suis aujourd'hui. D'autre part, je remercie mes parents qui m'ont incité à m'investir dans le bénévolat, ce que j'ai fait au sein de la SNSM. Les jeunes doivent s'engager dans le milieu associatif. Au début, on est un peu réticent mais ces expériences vous font considérablement évoluer », assure-t-il. Fier de ses racines, il revient 1 à 2 fois par mois dans sa Haute-Saône natale, là où il a forgé son caractère et développé ses compétences.

Quentin BITARD ( Est républicain 10/07/2019)